Tournée européenne 2016

L‘Orchestre National du Capitole de Toulouse vient de terminer une tournée européenne de quinze jours. L’Orchestre avait débuté sa tournée par trois concerts dans la prestigieuse salle du Musikverein de Vienne.

LIBERATION
« A Vienne, Toulouse fait fructifier son Capitole » par Guillaume Tion
http://next.liberation.fr/theatre/2016/05/26/a-vienne-toulouse-fait-fructifier-son-capitole_1455385

LA CROIX
« La vie en rose de l’Orchestre du Capitole » par Emmanuelle Giuliani
http://www.la-croix.com/Culture/Musique/La-rose-Orchestre-Capitole-2016-05-26-1200762973

RADIO CLASSIQUE
« Coup de coeur » d’Emmanuelle Giuliani
https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/kantarmediaeurope/FR/077/199/_81/26-/205/Yi_7S9yYFabjEkRZtIheSymp47LbC8jPVxO5KdqAOrM.mp4

 

L’Orchestre national du Capitole a terminé sa tournée en Espagne avec deux concerts à San Sebastian et Oviedo, accompagné du Chœur Orfeon Donostiarra et du Ténor Saimir Pirgu. Au programme : BERLIOZ – Requiem « Grande Messe des Morts ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

photos © Vanessa Chuimer

Publicités

Saint-Sébastien – 1er et 2 août

L’Orchestre National du Capitole de Toulouse se produira deux soirs à Saint-Sébastien dans le cadre du festival Quincena Musical

 

Quinzaine Musicale de Donostia - Saint Sébastien

 

 

 

Vendredi 1er août – 20h (Tarifs : de 11 € à 68 €)

Tugan Sokhiev direction

 

Julie Boulianne Marguerite

Bryan Hymel Faust

René Schirrer Brander

Paul Gay Méphistophélès

Orféon Donostiarra Chœur

Orfeoi Txiki Chœur d’enfants

 

BERLIOZ La Damnation de Faust

—————————————————————————

Samedi 2 août – 20h (Tarifs : de 11 € à 60 € )

Tugan Sokhiev direction

Elisabeth Leonskaja piano

 

BERLIOZ Le Carnaval romain, ouverture

GRIEG Concerto pour piano en la mineur, op. 16

MOUSSORGSKI Tableaux d’une exposition

Espagne : une tournée symphonique et lyrique

Trois questions à Thierry d’Argoubet, Délégué général de l’Orchestre national du Capitole.

Elle est à l’image de la double mission de l’Orchestre, à la fois symphonique et lyrique, et je me réjouis que Tugan Sokhiev et ses musiciens aient l’opportunité de montrer la diversité de leur art.

Thierry d'Argoubet, Délégué général de l'Orchestre national du Capitole.

Dans quel état d’esprit Tugan Sokhiev et ses musiciens abordent-ils la tournée que l’Orchestre entreprend du 8 au 14 février en Espagne ?

Il s’agit d’une tournée de cinq concerts qui les mènera successivement à Pampelune, Alicante, Oviedo, Madrid et Saragosse. L’Espagne est un pays ami qui nous reçoit régulièrement. Mais c’est aussi un pays qui possède des salles extraordinaires. Grâce aux fonds européens, il a pu doter chacune de ses régions d’un auditorium, à chaque fois assez spectaculaire et d’une qualité acoustique remarquable. Outre l’accueil du public, les conditions dans lesquelles se produisent les musiciens font de chaque tournée là-bas un grand moment de bonheur musical, toujours impatiemment attendu.

Quel est le profil musical de la tournée 2014 ?

Elle est à l’image de la double mission de l’Orchestre, à la fois symphonique et lyrique, et je me réjouis que Tugan Sokhiev et ses musiciens aient l’opportunité de montrer la diversité de leur art. Sur le plan symphonique, ils interpréteront un programme Beethoven, Brahms, Grieg, avec Khatia Bunitishvili comme soliste du Concerto pour piano du compositeur norvégien. C’est une artiste qui possède un tempérament formidable mais qui manifeste aussi un profond sens poétique. Le Concerto de Grieg qu’elle a donné le 11 janvier à Toulouse a été capté et on peut le visionner sur arteliveweb – il sera diffusé ultérieurement dans le cadre de l’émission « Maestro » d’Arte. Khatia Buniatishvili jouera ce concerto à trois reprises en Espagne et le redonnera avec Tugan Sokhiev, le 24 mars à Aix au Grand Théâtre de Provence.

Quant au lyrique, après Toulouse et Paris, Boris Godounov est programmé à Pampelune et Oviedo. Cette version de concert de la mouture originale de l’ouvrage de Moussorgski est l’aboutissement d’un projet longuement mûri. Nous l’avions évoqué avec Tugan Sokhiev quasiment au moment de sa nomination en 2008. Nous attendions plusieurs choses : il fallait d’abord que l’Orchestre développe sa personnalité lyrique sous la conduite de son nouveau directeur musical. Le projet était également tributaire de la disponibilité de Ferruccio Furlanetto. Celui-ci incarne Boris à la tête d’une très belle distribution et aux côtés de nos amis d’Orfeón Donostiarra, qui travaillent d’arrache-pied sur la partie chorale, tellement importante dans cet opéra.

Tugan Sokhiev a été nommé, le 20 janvier, directeur musical du Théâtre Bolchoï de Moscou. Comment accueillez-vous cette nouvelle ?

Il est intéressant de noter que cette nomination se produit de façon quasi concomitante avec l’exécution de Boris Godounov en concert – dans une version originale dont Tugan Sokhiev a travaillé la substantifique moelle avec Valery Gergiev à Saint-Pétersbourg. Je me réjouis de cette nomination, d’abord pour Tugan Sokhiev qui est un grand chef lyrique et pourra ainsi exercer son talent sur sa terre natale dans un théâtre de légende. Une grande tâche l’attend. Elle est une superbe marque de reconnaissance pour lui et l’Orchestre, elle attirera probablement davantage l’attention du monde musical sur le travail accompli par Tugan Sokhiev et l’ONCT. Mais elle n’entache aucunement nos projets jusqu’à la saison 2015-2016 et Tugan Sokhiev demeurera, comme c’est le cas aujourd’hui, présent un quinzaine de semaines par an parmi nous.