Le même sacré petit boulon

J’aurais pu être ouvrier chez PSA, footballeur au PSG, chômeur de longue date, femme adultère en Afghanistan; j’aurais pu être soldat au garde à vous pendant deux heures toutes les quatre heures, j’aurais pu passer ma vie à poser des papillons verts sur les pare-brise des voitures, j’aurais pu être président d’un parti politique détesté par 80% des français, j’aurais pu participer à un jeu télé animé par Nagui,  j’aurais pu conduire un bus sur le tarmac d’un aéroport, j’aurais pu prendre une douche dans « Psycho », j’aurais pu être partenaire de Gérard Depardieu, j’aurais pu rencontrer Carla B. à Disneyland, j’aurais pu 40 heures par semaine « visser le même sacré petit boulon », j’aurais pu être intermittent du spectacle en fin de droit, j’aurais pu, j’aurais pu…
Je me disais ça hier soir en buvant un verre de vin blanc autrichien avec des collègues de l’orchestre dans un restaurant de Wien, capitale de la musique où nous allons jouer Berlioz.
Bon d’accord,  notre « Marguerite » n’est pas une Marguerite que j’aimerais effeuiller, mais je me demandais si d’une certaine façon être collègue de Berlioz, Schumann, Moussorgsky et Ravel, ce n’était pas un sacré privilège parce que si on réfléchit bien, j’aurais pu être ouvrier chez PSA, footballeur au PSG, chômeur de longue date, femme adultère en Afghanistan…..(Da Capo).
Hervé SALLIOT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s